MEF/DGCMP : Outre des résultats probants, la digitalisation de l’écosystème de la commande publique est en marche !

48

La Direction Générale du Contrôle des Marchés Publics (DGCMP) est un service majeur de l’architecture opérationnelle du Ministère de l’Economie et des Finances. C’est un maillon fort, de la grande chaine de bonne gouvernance des finances publiques ; un rôle régalien qui incombe au Ministère de l’Economie et des Finances, engagé sur le front de mise en œuvre de gros chantiers de la réforme de l’Etat et de la Rectification Institutionnelle du pays. A l’instar des autres grandes directions du département, la DGCMP a initié des réformes et mené des activités qui ont conduit à des résultats remarquables, ces dernières années, relativement au renforcement de l’indépendance de la fonction de contrôle à priori et posteriori, des procédures de passation de marchés publics en Guinée.

En effet, le Ministre de l’Economie et des Finances, sous l’impulsion de son Excellence, Monsieur le Président de la République, le Général de Corps d’Armée, Mamadi Doumbouya, a initié un projet de digitalisation de l’écosystème de la commande publique, en février 2022. Ce projet ambitieux s’articule autour de trois (3) phases.

La première phase, axée sur l’amélioration opérationnelle des activités internes, est d’ores et déjà achevée. Elle a permis de centraliser toutes les opérations des différents acteurs de la préparation à la régulation et suivi exécution des marchés publics dans une seule plateforme intégrée après validation de l’Agence Nationale de la Digitalisation de l’Etat (ANDE).

Cette initiative offre également des outils décisionnels précieux aux pouvoirs publics, leur permettant de mieux orienter les politiques publiques, sécuriser les recettes, maîtriser les dépenses, et améliorer le taux de décaissement des projets et programmes publics. L’ambition est également de contribuer significativement à l’amélioration du cadre de vie des populations, en favorisant le contenu local et en soutenant le développement de filières porteuses de croissance, tout en promouvant l’égalité des genres. A terme, grâce à cette plateforme, tous les acteurs pourront interagir via des fenêtres dédiées.

Quant à la phase 2 en préparation, elle offrira des comptes fournisseurs et la possibilité de soumission électronique des offres. La troisième et dernière phase de ce projet de digitalisation, prévoit l’intégration totale des systèmes des différents acteurs tels que la DNIP, la chaine des dépenses, le système comptable intégré de l’Etat, la BCRG, et les banques commerciales.

Des avancées notoires que salue, le Directeur Général du Contrôle des Marchés Publics, Mohamed Diallo : « Nous sommes fiers de souligner que la première phase du système e-Procurement a été finalisée avec succès en fin mars 2023. Dans le prolongement de cet effort, une formation exhaustive a été dispensée à tous les acteurs concernés, notamment les PRMP, les Contrôleurs des marchés publics, les cadres de l’ACGP, l’ARMP et les EPA et Sociétés Publiques. »

Dans cette dynamique, on projette des évolutions cruciales notamment la déconcentration de la DGCMP, au niveau régional, préfectoral et communal. Très optimiste par rapport aux avancées de ce projet, le Directeur Général du Contrôle des marchés Publics se veut ambitieux : « Les projets de transformation numérique de la direction du contrôle des marchés publics, la signature d’un contrat de formation de 160 passeurs et 140 contrôleurs certifiés des marchés publics en collaboration avec Setym international et le CNPG et la mise en place du nouveau cadre organique de la DGCMP qui est également l’un des leviers majeurs que nous avons activés pour résoudre ces défis »

Avec le nouvel élan impulsé, à travers le management efficace du Directeur Général Mohamed Diallo, le staff de la DGCMP, fourni à l’administration, des statistiques fiables et bien documentées sur les marchés publics de façon mensuelle, trimestrielle et annuelle. Il en est de même des communications en Conseil des ministres produites pour le Ministre des Finances afin d’attirer l’attention les membres du Gouvernement sur les dispositions règlementaires non respectées et la nécessité de l’amélioration continue du système

Une enveloppe de 368 milliards de GNF en 2022

 contre 867 milliards d’économiser par l’Etat en 2023.

 Outre les efforts fournis dans les programmes de renforcement de capacité du personnel, la DGCMP compte à son actif, des résultats probant en matière d’infrastructures, de mobilisation de ressources matérielles et financières. « Nous avons fait économiser à l’Etat, à travers nos contrôles de procédures, une somme de 368 milliards de GNF en 2022 contre 867 milliards en 2023. Cette démarche a été complétée par l’acquisition de matériels roulants essentiels à nos missions d’ouverture de plis, de réception et de contrôle a posteriori. De plus des locaux tout neuf sont mis à la disposition du personnel avec mobiliers et matériels informatiques » 3 soutient, le Directeur Général, Mohamed Diallo.

Rappelons que la DGCMP, a été partie prenante pour l’essentiel, à la mise en place d’une mercuriale des prix en République de Guinée en collaboration avec l’institut national des statistiques (INS). La 2e étape de cette collaboration, consistera à adresser les coûts liés aux infrastructures car les marchés de travaux représentent plus de 70% de l’ensemble des marchés passés en fin juillet 2023 contre 77% en juillet 2022

De gros chantiers en perspective, pour 2024

Face aux enjeux actuels, toute une panoplie d’activités ambitieuses et prioritaires sont ciblées. « D’abord, il est impératif de rendre effectif, le nouveau cadre organique, dont l’importance est cruciale pour la refonte et le bon fonctionnement de notre système. Ensuite, bien que nous ayons réalisé des avancées considérables sur notre projet de digitalisation, la phase 1, actuellement en phase de test, doit impérativement être mise en production pour garantir une meilleure transparence et efficacité des marchés publics en droite ligne avec les orientations du Ministre de l’Economie et des Finances suivant la vision du Président de la République, Chef de l’Etat, General Mamadi Doumbouya. » indique, le Directeur Général du Contrôle des marchés Publics, Mohamed Diallo.

Dans le domaine de la formation et du renforcement des capacités, il est envisagé, au niveau de la DGCMP, la formation certifiante de 160 passeurs de marchés ainsi que de 140 contrôleurs et auditeurs. Objectif : renforcer les compétences et garantir une meilleure fonctionnalité des cellules de passation de marchés et faciliter l’exécution budgétaire.

En matière de contrôle à priori et posteriori, la DGCMP sollicite, ‘’la mise à disposition de moyens’’ pour davantage améliorer, le système de contrôle de procédures de passation de marchés et assurer la présence du corps de contrôle dans les collectivités décentralisées (véhicules, motos, mobiliers, matériels informatiques et primes).

En ce qui concerne la lutte contre la corruption, des lettres circulaires conjointes ont été ventilées et une adresse courriel, dédiée aux plaintes et réclamations en complément aux boites à suggestions déjà existantes rendus disponibles, pour permettre aux usagers, prestataires et même aux citoyens, d’alerter en temps réel, sur les pratiques malsaines de corruption et de concussion en lien avec la commande publique.

Les derniers gros chantiers en vue, c’est notamment, le passage des projets de textes, spécifiquement ceux relatifs aux PRMP, les seuils de passation et contrôle, la digitalisation du processus, la certification de signatures ainsi que la décentralisation de la commande publique dans les régions (extension du code des marchés publics aux collectivités). « Ces chantiers sont au cœur de nos préoccupations. Il s’agit des textes fondamentaux pour accompagner notre démarche d’amélioration et d’adaptation aux nouvelles réalités de notre environnement. C’est pourquoi, nous lançons un appel à l’ARMP à plus de diligence et de célérité dans le traitement des dossiers soumis à leur examen. », exhorte, le DG, Mohamed Diallo.

Service Communication, Relations Publiques MEF.

Article précédentMEF/FSI : Le Directeur du FSI, Saliou Kalissa rentre d’un voyage d’études à Rabat au Maroc.
Article suivantMEF / Conseil de cabinet du lundi, 26 février 2024.