Cape Town : Le Ministre, Moussa Cissé, défend le Méga Projet Simandou, au Forum Minier International d’Indaba, en Afrique du Sud.

112

Cape Town, la ville portuaire sud-africaine, a abrité l’Edition 2024, du plus Forum minier international dédié à l’exploitation minière en Afrique. L’évènement planétaire a regroupé à Indaba, du 5 au 8 février 2024, quelques 8.000 participants, des représentants d’Etats, d’exposants et autres investisseurs du secteur minier mondial, parmi lesquels la délégation officielle guinéenne, conduite par le Ministre de l’Economie et des Finances, en compagnie du Gouverneur de la BCRG, et bien d’autres Conseillers et hauts cadres guinéens.

En effet, il est important de rappeler que depuis 1994, le Forum d’Indaba est devenu un rendez-vous majeur, ‘’l’endroit numéro 1’’ pour discuter et échanger au tours des tendances du marché, des innovations, de l’approvisionnement en matière d’accords et d’engagements d’entreprises pour développer et valoriser l’industrie minière africaine. « Adopter le pouvoir du bouleversement positive : un nouvel avenir audacieux pour l’exploitation minière en Afrique » a été, la thématique retenue en 2024, pour nourrir les débats et les échanges, entre invités, personnalités, participants et exposants, réunis à Indaba.

Pour le Ministre, Moussa Cissé : « les 3 jours de travaux ont permis à la délégation guinéenne, très sollicitée, de participer activement aux débats en panels et en plénières, au tour des changements et innovations attendus, des bouleversements constatés afin de stimuler les investissements dans le secteur minier et celui de l’énergie, sur le continent africain. »

A indaba, les experts et participants sur le fait que l’industrie minière africaine connait un début de perturbation, des gros bouleversements consécutifs aux progrès dans la technologie, aux défis de santé et de sécurité, des questions de l’environnement et de l’exploration des ressources. « Il était donc, important pour nous, de soulever ces questions, de poser les vrais problèmes en décrivant les véritables inhibiteurs d’investissements afin d’identifier un nouvel outil efficace et prometteur, intégrant l’investissement, la finance, l’innovation et la transformation, la création de valeur de bout en bout pour une ‘exploitation minière efficace et responsable en Afrique », souligne, le Ministre de l’Economie et des Finances.

Profitant de la grande vitrine que constituait le Forum minier International d’Indaba, en Afrique du Sud, la délégation guinéenne a présenté, aux panelistes et autres participants et exposants les contours, défis et atouts liés à la mise en œuvre du Méga Projet de Simandou.

Moussa Cissé a apporté des éclairages techniques sur le montage et la mise en œuvre du Projet : « le Gouvernement a signé un accord de co-développement qui permet des ajustements de calendrier. Il a demandé aux partenaires industriels de mettre en place un financement provisoire, dans l’attente de la de la finalisation complète de tous les documents contractuels du projet. Ce financement vise à maintenir et à accélérer les activités de construction de la principale ligne ferroviaire en attendant l’approbation du financement des entreprises Chinoises actionnaires du projet par la Commission nationale chinoise pour le développement et la réforme (NDRC). Maintenant que la NDRC a donné son accord, l’entrée de Baowu dans le projet WCS est assurée, garantissant ainsi le financement de l’infrastructure par les institutions financières chinoises. »

Et au Ministre Moussa Cissé de préciser que : « Dans ce contexte, début octobre 2023, suite à la signature d’une première série de documents, Simfer a transféré 100 millions de dollars à WCS pour stimuler l’avancement des travaux de la ligne principale. WCS a également débloqué 100 millions de dollars en septembre 2023 pour les mêmes travaux. L’achèvement de tous les documents nécessaires au financement intérimaire, signé le 22 décembre 2023, devrait permettre de débloquer 400 millions de dollars supplémentaires dans les semaines à venir, ce qui permettra d’accélérer considérablement les travaux avant la mise en œuvre du financement chinois. »

Toujours répondant questions lors des discussions en panel, le Chef de la délégation guinéenne a abordé les aspects liées aux mesures prises, en lien avec le contenu local. Le Ministre Moussa Cissé confiera : « Qu’un plan intégré de contenu local est en voie d’achèvement et sera annexé au pacte d’actionnaires de la CTG. Il repose sur trois axes: Créer des emplois en faveur des Guinéens; Donner des opportunités d’affaires aux entreprises guinéennes; et Donner de la formation et faciliter le transfert de technologie en faveur des Guinéens. Pour ce faire, le Président de la République a pris une initiative, à travers la création de Simandou Academy pour les besoins de formation du projet. Les partenaires industriels se sont engagés à atteindre divers objectifs de contenu local définis dans la récente loi sur le contenu local. Le plan de contenu local définit les moyens d’atteindre ces objectifs, y compris des engagements détaillés et chiffrés en matière d’emploi, de formation et pour offrir des opportunités de business et de procédures de passation de marchés en faveur des entreprises Guinéennes ».

Tout au long des échanges, le Ministre de l’Economie et des Finances n’a cessé de souligner et de saluer, la décision courageuse des nouvelles autorités, donnant une impulsion nouvelle à ce projet vital pour la Guinée, et pour la nouvelle génération, en termes de développement : « La relance du projet Simandou n’aurait pas été possible sans la vision pragmatique de l’État guinéen sur ce projet qui revêt une importance stratégique, et son implication cruciale dans le processus de négociation. La première décision cruciale prise par Son Excellence le Président Doumbouya et son gouvernement a été d’imposer le co-développement pour la réalisation du projet. Un Accord Cadre a été signé à cet effet le 25 mars 2022 entre Simfer / Rio Tinto, WCS et l’Etat Guinéen. Bien que cette décision ait pu sembler difficile à mettre en œuvre au départ, il s’agissait d’une décision courageuse et nécessaire qui s’est révélée déterminante pour assurer la viabilité financière à long terme du projet. Il crée également un précédent pour une nouvelle ère de co-développement, impératif pour minimiser les impacts négatifs pour un développement durable de l’exploitation minière. L’État a adopté une position proactive dans le processus de négociation, visant non seulement à préserver les intérêts stratégiques de la Guinée et à assurer un partage équitable des futurs revenus miniers, mais aussi à aligner les différentes positions des partenaires industriels. Cette décision a conduit à la renégociation des conventions sur l’exploitation minière et les infrastructures ferroviaire et portuaire, ce qui a permis au gouvernement d’obtenir des garanties : une participation non-contributive  et non dilutive de 15 % dans la CTG ; le caractère multi-utilisateurs et multi-usages des infrastructures (y compris le transport des  passagers et fret subventionnés par la CTG), condition posée par l’État, avec des tarifs transparents et attractifs pour de futurs producteurs miniers le long du corridor ; de nouveaux régimes fiscaux garantissant un partage équitable des futurs revenus miniers ; un cadre réglementaire complet et ambitieux pour respecter les normes environnementales et sociales les plus élevées, ainsi qu’un plan intégré de contenu local. Tous ces documents ont permis à Baowu et à Chinalco d’obtenir l’approbation de la NDRC en décembre dernier. » conclura, serein, le Ministre Moussa Cissé, devant un auditoire conquis et rassuré.

C’est sur des notes d’espoir pour une mission accomplie, que le Ministre Moussa Cissé et sa suite ont bouclé leur séjour à Cape Town en Afrique du Sud, au compte du Forum Minier International d’Indaba.

Synthèse : Service Communication, Relations Publiques MEF.