Partenariat Guinée/BAD : le CNT donne son quitus à la ratification des accords de financements des projets ‘’Accès à l’electricité’’ et Préservation des écosystèmes du bassin du fleuve Niger’’.

44

Réunis en session plénière, (la première de l’année 2023), les conseillers nationaux avec à leur tête, l’honorable Président Dansa Kourouma ont examiné avant d’adopter à l’unanimité, le lundi 16 janvier 2023, les accords de financement de deux (2) importants projets appuyés par le Groupe de la Banque Africaine de Développement. Il s’agissait d’une part, de l’accord de prêt avec la BAD et le FAD pour le financement du Projet d’Amélioration de l’Acces à l’electricité en Guinée (PAAEG) doté d’une enveloppe de 21 millions 630 mille unités de compte et de l’autre, de l’accord passé avec la BAD au titre de la facilité d’appui à la transition pour le compte du PAAEG pour un montant additionnel de 7 millions 60 milles unités de compte.

Pour le second et grand projet soumis par le Gouvernement et qui a beneficié d’un accord de la BAD au titre du Fonds Vert, il concernait le Programme Intégré de Développement et d’Adaptation au Changement Climatique dans le Bassin du Fleuve Niger (PIDACC-BN) pour un prêt de 997 mille dollars US.

Ces deux (2) projets portés par le Gouvernement et défendus par Mme la Ministre du Plan et de la Coopération Internationale, Rose Pola Pricemou et son collègue de l’Energie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures, Aly Seydouba Soumah ont obtenu « le OK » des conseillers sous réserve de la prise en compte des observations et recommandations faites lors des travaux de commissions et en plénière, ce lundi à l’hémicycle.

D’emblée, le Président Dansa Kourouma avait salué la pertinence et l’importance de ces deux (2) projets à l’image des rapporteurs des commissions qui avaient exposé auparavant, les grandes lignes des projets sous financement BAD, mettant en exergue les conditionnalités, les avantages et les impacts de leurs mis en œuvre sur les conditions de vie des populations riveraines.

Après avoir salué le travail de qualité et le vote encourageant des conseillers autorisant la ratification des projets, Mme la Ministre du Plan et de la Coopération Internationale appréciera cet appui de taille du Groupe de Banque Africaine de Développement à la Guinée, destiné à soutenir le vaste programme de correction du déficit de couverture afin de fournir l’électricité à une frange importante du pays plongée dans l’obscurité.

En effet, et selon les dernières statistiques, avant le raccordement de la forêt à la Cote d’Ivoire, le taux de couverture en électricité du pays était de 45% en moyenne (16% en milieu rural et 88 % en milieu urbain) avec une énorme disparité dans ce sens dans certaines zones, notamment en Haute Guinée et en Guinée Forestière qui sont à moins d’1% de taux de couverture donc plongées dans le noir absolu.

Mme Rose Pola Pricemou se réjouira du fait que le PAEEG va couvrir ainsi 40 localités situées dans 4 préfectures de la Haute Guinée et de la Guinée Forestière pour : « éclairer les campagnes, apporter de l’electricité dans la case du paysan à travers la remise à niveau des infrastructures de transports et de distribution pour un accès universel de l’électricité aux populations guinéennes. » Mon Département prendra toutes les dispositions requises pour le suivi rapproché de la mise en œuvre de ce projet au profit des populations, conclura-t-elle.

Le Ministre de l’Energie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures abondera dans le même sens, rassurant les conseillers quant au travail technique opéré par son Département en lien avec les responsables des unités de gestions des projets. « Nous serons sur le terrain pour nous assurer du niveau d’exécution physique et financière des projets pour lesquels le Gouvernement et le CNT ont engagé le pays et les générations futures » affirmera M Aly Seydouba Soumah.

Les produits du PAAEG toucheront les zones relativement moins dotées en électricité sur le plan national dont la population bénéficiaire est estimée à 1,2 millions d’habitants ainsi que 52,1% de femmes. Aussi, il convient de rappeler que les bénéficiaires directs du projet seront au nombre de 100 000 abonnés dont 72 112 nouveaux, composés de ménages, d’associations féminines, de centres de santé, d’écoles, et d’entreprises situés dans la zone d’influence du projet.

En ce qui concerne le Programme Intégré de Développement et d’Adaptation au Changement Climatique dans le Bassin du Fleuve Niger (PIDACC-BN), dont l’accord de prêt a aussi reçu l’assentiment du CNT, il devra contribuer à l’amélioration de la résilience des écosystèmes du fleuve Niger et des populations par une gestion durable des ressources naturelles. Sa mise en œuvre va aider à préserver les écosystèmes du Bassin du fleuve Niger, notamment à travers la réduction du processus d’ensablement du fleuve Niger, favoriser sa naviguabilité, et surtout à améliorer la résilience des systèmes de production et des populations.

Ce programme sous-régional qui couvre 9 pays de la sous-région, a connu une première phase financée par le Groupe de la BAD à hauteur de 12,7 millions d’Unités de Compte (UC), soit 17,78 millions de dollars américains. C’est dans cet élan et sous le leadership du Groupe de la BAD, agissant en tant qu’Entité accréditée du Fonds Vert pour le Climat (FVC), que ce dernier a bien voulu accompagner la BAD pour le financement additionnel de ce projet stratégique pour la Guinée et la sous-région.

Pour mémoire, et à date, le portefeuille de la BAD en Guinée s’élève dorénavant à une enveloppe d’engagement de 660 millions de dollars US.

Service Communication, Relations Publiques.