MEFP /ARMP/UCEP : Labé a abrité le démarrage de la campagne de vulgarisation du nouveau code des marchés publics en Guinée.

71

C’est l’aboutissement d’un long processus piloté par l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) sous les auspices du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan…le début de la vaste campagne de vulgarisation du nouveau code des marchés publics à travers le lancement des ateliers régionaux, le jeudi 28 juillet 2022, à Labé. Cet atelier a mobilisé en effet, des cadres des services préfectoraux relevant des gouvernorats de Boké, Labé, Kindia et Conakry. Des participants conviés pour s’imprégner de dispositions règlementaires contenues dans le nouveau Code des marchés publics et ses textes d’applications, entré en vigueur, le 1er septembre 2020.

L’évènement a connu la présence du Gouverneur de Labé, Colonel Robert Soumah, entouré des cadres et administrateurs territoriaux de la région. à travers notamment l’implication du Ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation. Une occasion mise à profit par le Directeur Général de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) pour rappeler, au nom du Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Dr Lanciné Condé la pertinence et les enjeux liés à la grande réforme des marchés publics en Guinée.

Pour Lamine Minos Camara « La réforme des marchés publics a fait des innovations notamment sur trois axes à savoir : la déconcentration de la passation des marchés en responsabilisant les autorités contractantes dans le choix responsable de leurs prestataires, entrepreneurs et fournisseurs et dans le suivi de l’exécution physique et financière des contrats; le renforcement et l’amélioration des prérogatives de l’ARMP pour assurer un meilleur arbitrage des conflits et le jugement non juridictionnel claire des différents; un retour de la structure de contrôle à priori de la passation des marchés publics et PPP au Ministère de l’Economie, des Finances en tant que garant de la santé des dépenses publiques

Et au DG de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) de poursuivre, en précisant que : « Ce nouveau cadre juridique et institutionnel garantit l’émergence d’un secteur privé efficace et favorise un climat des affaires empreint d’équité et de transparence, et aussi le rétablissement de la redevance de régulation des marchés publics pour un renforcement de l’efficience de l’ARMP. C’est le lieu de remercier tous les Partenaires Techniques et Financiers notamment la Banque Mondiale et la BAD à travers les projets pilotés par l‘UCEP pour leurs appuis au système des marchés publics de notre pays. La vulgarisation du nouveau code des marchés publics et ses textes d’application est une étape importante de la réforme. Il appartiendra désormais aux cadres de l’Administration déconcentrée et décentralisée (gouverneurs, préfets, maires) ainsi que les responsables des Etablissements Publics Administratifs, des organismes publics, des sociétés d’Etat d’assurer pleinement leur responsabilité dans la chaine des marchés publics, et dans le strict respect des dispositions légales et règlementaires… »

M Minos Camara terminera son intervention en souhaitant aux participants, un atelier productif et fructueux : « Afin d’avoir des recommandations susceptibles de faire du nouveau Code des marchés publics, un outil de bonne gouvernance et de satisfaction des besoins des populations. » « Soyez rassurés, que pour notre part, l’ARMP ne ménagera aucun effort, pour vous accompagner techniquement et faire en sorte que le système des marchés publics soit de plus en plus performant, et ce, à l’image des standards internationaux impulsés par la volonté politique au plus haut sommet de l’Etat, et au bénéfice de nos populations guinéennes », a-t-il conclu.

Le représentant du Conseil de Régulation, Moussa Iboun Conté, en sa qualité de porte-parole dudit Conseil, s’est dit satisfait du cadre avant de remercier vivement le Gouverneur de Labé pour l’accueil chaleureux réservé à la mission. Moussa Iboun Conté est revenu sur la composition du Conseil de Régulation en soulignant son caractère tripartite à travers la présence des trois membres de l’administration, trois du secteur privé et trois de la société civile. Pour Iboun Conté « au regard de cette composition tripartite et paritaire, le Conseil de Régulation apparait dès lors comme un réel rempart de moralisation des finances publiques, à travers son statut de garant du respect de la réglementation des marchés publics et des partenariats public-privé en Guinée. »

Il insistera ce faisant sur : « Le rôle prépondérant que joue le Conseil de Régulation cadre parfaitement bien avec la politique de refondation de l’Etat sans cesse prônée par les nouvelles autorités guinéennes, à travers le Président de la Transition, Chef de l’Etat, Chef suprême des Armées le colonel Mamadi Doumbouya. C’est autant vous dire que la présence du Conseil de Régulation parmi vous, revêt un caractère particulier. Le Conseil de Régulation, par ma voix, vous invite alors à vous impliquer davantage dans l’application stricte des dispositions du nouveau Code des marchés publics. C’est pourquoi, vous ne devez pas perdre de vue tous les enjeux liés à la commande publique, car il s’agit bien et après tout, de l’efficacité et de l’efficience dans l’utilisation des deniers publics pour répondre à la demande sociale tant au niveau de l’Administration centrale qu’au niveau déconcentré et décentralisé. C’est le lieu et le moment, avant de terminer, de rassurer la Direction Générale de l’ARMP quant à l’engagement total du Conseil de Régulation à accompagner le nouveau management de l’Institution. »

Cette présente campagne de vulgarisation est financée par la Banque Africaine de Développement (BAD), à travers le Projet d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes et à la Formalisation des Entreprises (PAMORIFE) qui accompagne le Gouvernement guinéen dans l’organisation de de ces ateliers régionaux d’information, de vulgarisation du nouveau code des marchés publics.

Dans la série d’allocutions, la représentante de l’Unité de Coordination et d’Exécution des Projets (UCEP), est revenu sur le mandat de l’UCEP ainsi que sur les objectifs et orientation du PAMORIFE en lien avec la mise en œuvre de ce programme de vulgarisation.

Mme Keita Aissatou Bah affirmera que « Notre pays est résolument engagé depuis quelques années, dans un processus de redynamisation et de modernisation des systèmes de l’Etat. Cet engagement a abouti à la mise en place de plusieurs reformes parmi lesquelles nous pouvons citer la révision, l’adoption et la signature du nouveau code des marchés publics. Le renforcement des capacités des acteurs de la commande publique sur ce nouveau des marchés publics s’avère donc nécessaire pour permettre son appropriation et assurer une bonne exécution de la commande publique par les différents acteurs notamment, les personnes responsables des marchés publics (PRMP), les entreprises et prestataires. C’est à titre que la Banque Africaine de Développement, à travers le Projet d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes et à la Formalisation des Entreprises (PAMORIFE) qui accompagne le Gouvernement Guinéen dans l’organisation de ces ateliers régionaux d’information, de vulgarisation du nouveau code qui démarrent aujourd’hui à Labé et qui se poursuivront à Kankan dans les jours à venir… »

Enfin, le Gouverneur de la Région Administrative de Labé, Colonel Robert Soumah, visiblement satisfait de la tenue dans sa région, de cet atelier de lancement officiel de la vulgarisation du nouveau code des marchés publics, s’est engagé dans la mobilisation pour l’implication effective des acteurs à la base afin de vulgariser davantage les dispositions du code.

Les travaux de cet ’atelier ont été animés entre autres, par M. Dioulde Sow, expert en passation des marchés publics mais aussi en sa qualité de Directeur de la Formation et des Appuis techniques de l’ARMP.  La campagne de vulgarisation démarrée le 28 juillet à Labé se poursuivra à Kankan prochaine étape.

Synthèse : UCEP- ARMP – Service Communication, Relations Publiques MEFP