Revue du Portefeuille : les participants affinent les recommandations pour améliorer la capacité d’absorption afin de bénéficier davantage de nouveaux engagements de la BAD en Guinée.

141

Après la cérémonie solennelle d’ouverture de travaux de la grande revue du portefeuille actif des projets et programmes financés par la BAD en Guinée, les parties prenantes de l’exercice notamment les hauts cadres de la Direction Nationale des Investissements Publics, les sectoriels, les responsables d’Unité de Gestion de Projets appuyés par des experts de la BAD ont travaillé d’arrache-pied sur les obstacles, difficultés, pesanteurs et autres goulots d’étranglements qui freinent « la pleine » mise en œuvre des projets pour le bien-être des Guinéens.

Rappelons que cette revue d’extrême importance répond à un besoin pressant et urgent, celui de trouver « des solutions idoines » pour l’amélioration de la faible capacité d’absorption du pays et parvenir à la restructuration du portefeuille de projets publics financés par le Groupe BAD en Guinée.

Des discussions nourries en présentielle assorties d’échanges et de clarifications techniques pratiques et efficaces en format virtuel qui ont permis aux participants d’esquisser, à mi-parcours, des pistes de recommandations sur des aspects majeurs portant sur la passation des marchés publics, la récurrente problématique des indemnisations des personnes affectées par les projets, l’épineuse question de mise à disposition des fonds de contreparties alloués aux projets et la situation du portefeuille devant être toiletté pour n’y garder que des projets et programmes viables et faisables pour le bénéficie des populations en proie à la pauvreté et à la précarité.

En effet, le portefeuille Actif de la BAD en Guinée qui compte 22 opérations pour un total d’engagements estimé à 640 millions de dollars US en 2021 souffre de la faible capacité d’absorption du pays (de l’ordre 44 %) avec une moyenne d’âge de projets un peu vieillissant, au regard des normes standards. Un portefeuille multiplié par trois (3) depuis 2017. Mais, nonobstant les ressources déjà mises à dispositions et celles en attente (plus de 162 millions de dollars US) pour accompagner le pays dans son développement, les projets relevant du secteur public trainent les pieds.

Des réponses appropriées en vue.

Face à ce tableau d’ensemble, et en ce qui concerne la situation du portefeuille, les hauts cadres, techniciens et experts impliqués dans la revue suggèrent pour le rehaussement du taux de décaissement en vue de l’amélioration de la capacité d’absorption, la mise en place d’un dispositif de suivi institutionnel de suivi des projets et programmes.  Il en est de même du suivi rapproché de la justification des rapports des comptes spéciaux et de la production à temps des rapports d’audits.

L’amélioration de la performance du portefeuille passera également par la réduction des délais de traitement des dossiers, l’implication de la DNIP dans le processus de recrutement des responsables des Unités de Gestions des Projets, leur formation en fonction des spécialisations.

Au sujet du récurent problème des indemnisations, les pistes de solutions suggèrent, outre l’evaluation actualisée des dossiers, l’indemnisation complète des personnes affectées par les projets avant démarrage des travaux sur les sites de nature à accélérer la mise en œuvre des projets lorsqu’ils vont être lancés. Quant au payement des fonds de contreparties, la Direction Nationale du Trésor travaille à « diligenter le traitement des dossiers relatifs aux projets d’investissements publics ainsi qu’aux règlement des dépenses de contreparties en faveur des projets ».

Lever les goulots d’étranglements

Un accent a été également mis sur le mécanisme et procédures de passation de marchés publics. La revue entrevoit entre autres, une simplification et la réduction du temps des différentes procédures, la correction des insuffisances dans le nouveau code des marchés publics, l’application des dispositions du code pour rendre pratique les sanctions des entreprises face aux manquement dans les procédures de passation de marchés publics.

En allant dans les détails, les participants ont passé au peigne fin le dispositif de suivi de l’état d’exécution du dernier Plan d’Amélioration de la Performance du Portefeuille (PAPP). L’exercice a permis de produire un Document synthèse des échanges et propositions de projets à restructurer ou à annuler, figurant dans le portefeuille actif. Ce qui permettra de rajeunir et d’améliorer la performance du portefeuille en cours, souligne le Directeur National des Investissements Publics, Ibrahima Sory Camara.

Ce recueil appuyé d’avis techniques et de clarification a été exposé par Mamadou Bailo Diallo, Chef Division Infrastructures et Equipements à la DNIP, en présence du Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Gouverneur pays pour la BAD, Dr Lanciné Condé qui avait à ses côtés, les ministres en charges de l’Energie et de l’Hydraulique, Abbé Sylla, des Infrastructures et Transports, Yaya Sow, de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables, Aicha Nanette Conté dont les départements sont porteurs de projets et programmes figurant dans le portefeuille en revue.

Les discussions et échangent se poursuivent pour affiner le Plan d’Amélioration de la Performance du Portefeuille révisé notamment en ce qui concerne les recommandations sur les conditions de prorogations de projets, les justifications techniques et le plan d’actions requis, les délais et responsables dans la mise en œuvre des actions programmées.

Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Dr Lancine Condé attend des hauts cadres et des porteurs de projets « l’efficacité et l’efficience dans la mise en œuvre des projets avant de combler les attentes et satisfaire aux besoins pressants des populations guinéennes ». La clôture formelle de la revue est programmée pour le vendredi 4 février 2022 à Conakry

Service de communication, Relations Publiques MEFP.